Et si c’était ça aussi notre culture?

L’édito de Caro

A young business boy dressed in business suit wearing cardboard wings and aviator goggles is ready to fly his business into the sky. He is running on the Bonneville Salt Flats in Utah, USA.

 Nous résistons en corps / ni la tempête ni le tremblement ne nous effraient (…) / Nous sommes levés vivants.
François Baril Pelletier

Être francophones au Canada c’est vivre à côté d’un géant. 

Il en faut du courage et de la transmission pour être encore vivants. 

Comment faire vivre cette langue et cette culture dans ce contexte minoritaire?  

Selon les recherches, le sens du mot « culture » est pluriel et étudier ses acceptions est un travail aussi vaste que complexe. Mais, il y aurait pourtant un lien étroit entre la culture personnelle, la culture collective et la culture éducative2.

La façon dont chacun perçoit et vit sa culture et sa langue aurait un impact sur la culture collective. Chacun peut, dès lors, prendre le rôle de passeur de culture. Il semble que le premier pas à faire pourrait être celui de s’arrêter pour réfléchir à tout ça. J’accepte l’invitation. 

Quand j’étais jeune, grand-maman Jeannette m’amenait cueillir des mûres au lac Saint-Charles. J’avais un plat de plastique attaché au cou avec deux bouts de ficelles. J’étais prête, les deux mains libres pour cueillir le plus de mûres possible. Grand-maman était fière. Moi aussi. 

Et si c’était aussi ça la culture?

Un souvenir de notre grand-mère. Un poème.
Une balade en forêt pour cueillir des mûres. Une chanson.
Un film. Une conversation.
Une recette de sucre à la crème, de « stew » ou de Koshari3

Qui sait, notre culture est peut-être un peu comme la mémoire de nos sens. Elle permet de mieux voir, entendre, goûter et comprendre4. Elle transforme et rehausse les savoirs et la vie. 

Les passeurs du Moyen Âge

Vous connaissez les passeurs du Moyen Âge5? Ces personnages sur leurs petites barques qui faisaient traverser leurs passagers d’une rive du fleuve à une autre. Tout comme eux, engageons-nous à réfléchir aux sens que nous donnons à notre culture et à notre langue. En contexte minoritaire, cela revêt une signification toute particulière tant sur le plan cognitif que émotivo-affectif6

Allez, ouvrons les volets, arrêtons-nous pour réfléchir et pour laisser entrer la langue et la culture en classe et dans nos maisons! 

C’est une invitation pour souligner le mois de la francophonie.  

Dans cette édition intitulée Comment être un passeur culturel en contexte minoritaire, nos auteures partagent leurs pratiques culturelles et linguistiques pour devenir des passeuses de culture en contexte minoritaire. 

Elles nous convient à réfléchir à la place de la culture à l’école, dans les classes au Yukon, les cours de français langue seconde en Ontario et dans les familles francophones au Canada. 

Nous recevons également la visite d’une grande dame de l’industrie du film franco-canadien. Elle a un secret pour vous : il y a du travail pour les jeunes francophones, francophiles dans l’industrie du film et de la production télévisuelle en français au Canada. Passez le message! 

Nous espérons que cette édition vous replonge quelque part dans cette zone sensible des sens, dans une mémoire à partager. 

Nous croyons, comme nos auteures, que la langue et la culture donnent des ailes et que c’est grâce à vous personnel scolaire et parents, qu’elles voleront jusqu'à vos élèves et vos enfants. 

C'est à nous tous de faire résonner très fort la culture francophone partout au pays!

Bonne lecture!

1Collectif, Poèmes de la résistance,  sous la direction d'Andrée Lacelle, Sudbury, Éditions Prise de parole, 2019, 110 pages.

 2Forquin (1989)

3Une recette égyptienne de lentilles, riz et pois chiches.

4Zakhartchouk (1999, p.20)

5Zakhartchouk (1999)

6Gohier (2005)

Ressources

- Forquin, J.-C. (1989). École et culture. Bruxelles, Belgique: De Boeck-Wesmael s.a.
- François Baril Pelletier dans le Collectif, Poèmes de la résistance, sous la direction d'Andrée Lacelle, Sudbury, Éditions Prise de parole, 2019, 110 pages.
- Gohier, C. (2005). La polyphonie des registres culturels, une question de rapports à la culture : l’enseignant comme passeur, médiateur, lieur. Études/Inuit/Studies, (29), no.1-2, 35-46.
- Zakhartchouk, J.-M. (1999). L’enseignant, un passeur culturel. Paris : ESF.

Caroline Moffet | Spécialiste en contenus éducatifs, TFO-IDÉLLO
cmoffet@tfo.org

Depuis plus de vingt ans, Caroline Moffet travaille dans le monde de l’éducation comme enseignante en contexte minoritaire, conseillère pédagogique, conceptrice pédagogique et spécialiste en contenus éducatifs. Elle a enseigné le français langue seconde (FLS) au Manitoba et auprès d’étudiants des Premiers Peuples. Elle a également développé du matériel pédagogique en FLS pour l’Université de Saint-Boniface et selon l’approche traditionnelle autochtone pour le Centre des Premières Nations Nikanite. Caroline a fait ses études de maîtrise en Éducation, est titulaire d’un baccalauréat en Études françaises et d’un certificat en pédagogie. Elle milite pour une pédagogie réflexive qui forme des individus créatifs et indépendants, des citoyens éveillés, engagés et heureux.

AUTRES Articles DE LA THÉMATIQUE

Nouveautés sur IDÉLLO – mars 2022

Des ressources IDÉLLO pour découvrir les cultures francophones

Franco-Midi : Une pause du midi en francophonie!

Passeuse de culture au Yukon

Faire rayonner la culture francophone à la maison!

Vivre des partages authentiques et culturels en classe

La culture dans l’œil de sa caméra

À toi, le passeur culturel!