À toi, le passeur culturel!
Par Nadia Haddad

Jose Luis Pelaez / Stone via Getty Images

Soudées et indissociables, peu importe la tendance, le temps et les croyances, l’éducation et la culture forment un couple inséparable. De leur fusion naissent des identités propres, qui prennent le temps de mûrir et de se construire, avant de s’affirmer et de révéler des personnalités, des peuples… des civilisations.

C’est sous l’étau d’une politique d’assimilation qui date du XVIIIe siècle que l’Ontario français a dû se battre pour faire perdurer sa langue et sa culture. C’est en dépit d’un Règlement 17 inhibant et insensé, que les Franco-ontariens n’ont pas eu le choix que de rivaliser avec une culture anglaise titanesque, afin de conserver la leur; fragile et ébranlée par tant de séquelles, de disparités et d’injustices.

Plus qu’une mission… c’est une langue, une culture et un peuple à défendre…

Au cœur d’une réalité linguistique et culturelle largement influencées par la langue et la culture anglaises dominantes, les écoles et les conseils de langue française ont dû et doivent encore se doter d’une mission importante, celle de conserver, de valoriser et de propager la langue et la culture francophones. Pour ce faire, elles ont dû endosser des rôles essentiels à la survie de l’identité canadienne-française de l'Ontario en assumant leurs rôles de passeurs culturels. Éduquer… certainement! Mais agir essentiellement à titre de modèles auprès des élèves.

Qu’est-ce qu’un passeur culturel?

On doit l’expression « passeur culturel » au pédagogue militant, Jean-Michel Zakhartchouk, qui définit le passeur culturel comme un éducateur qui doit « créer, par la médiation des objets culturels, un rapport [avec les élèves] pour qu’un nouveau rapport au monde advienne et que se forment des êtres cultivés. » (Gouvernement du Québec, 2001, p. 37).

L’idée semble bien sympathique, mais comment réussir à transmettre cette langue et cette culture si chères, dans une société qui regorge de couples exogames, où les médias n’ont de cesse de glorifier la culture anglo-américaine? Comment y parvenir, lorsque l’assimilation linguistique et l’identification à la culture dominante encouragent l’abnégation de sa propre langue et de sa propre culture?

La solution est dans les passeurs culturels!

Être un passeur culturel, c'est faire d’une école un endroit engageant, un lieu d’épanouissement collectif où le travail collaboratif est préconisé. Avoir pour conviction que la culture ne se transmet pas d’une façon individuelle, mais mettre la main dans la main et s’armer d’une responsabilité commune, pour influencer le cheminement culturel et langagier des élèves. Peu importe notre statut hiérarchique, on se doit d’affirmer notre leadership culturel, en instaurant un climat scolaire positif, de confiance, de bienveillance et d’attraction dans nos écoles de langue française et d’immersion. Tout le personnel de nos écoles a pour devoir d’assumer fièrement son appartenance à la communauté francophone, de la clamer haut et fort, afin de répandre ce sentiment chez les élèves.

Être un passeur culturel, c’est lorsque l’enseignant favorise le plaisir d’apprendre, lorsqu’il éduque pour stimuler, qu’il communique pour partager, qu'il questionne pour susciter la réflexion, qu’il parle du passé et du présent, et qu’il encourage ses élèves à repenser l’avenir. Au fait de sa propre langue et de sa culture, le leader culturel les transmet d’une manière exaltante, rendant les salles de classe des lieux d’apprentissages significatifs, vivants et authentiques.

Être un passeur culturel, c’est donner envie aux élèves de découvrir, d’apprendre et d’assumer fièrement leurs francophonies. Les enfants apprennent en imitant leurs parents, leurs pairs, leurs enseignants, et toutes les personnes qui font partie de leur environnement. L’enseignant qui agit comme un modèle, qui dévoile son attachement aux valeurs universelles défendues par la francophonie, qui fait preuve d’engagement, d’appartenance ou de son désir de faire partie du grand cercle francophone, peut être certain que chaque savoir qu’il transmet; est accompagné d’une charge culturelle, notoire et pertinente.

Être un passeur culturel, c’est bien connaître ses élèves, le milieu familial dans lequel ils vivent, leurs forces, leurs défis, leurs penchants musicaux et artistiques, les activités qu’ils préfèrent, etc. Ces informations, d’une importance majeure, permettent aux passeurs culturels d’établir des liens, de modeler, de créer et de réinventer des formes d’apprentissages compatibles avec les besoins différents des élèves. C’est grâce à un esprit d’ouverture, d’entraide et de bienveillance qu’on réussit à capter l’attention de nos jeunes.

Être un passeur culturel, c’est accepter d’adopter une pédagogie artistique. Personne ne peut contester le pouvoir magique que détient l’art et l’influence qu’il a sur les jeunes, de par la musique, le cinéma, le dessin, la danse, etc. Exposer les élèves aux arts, nous permet de capter leur attention, tout en leur permettant de se construire de l’intérieur, avant d’affirmer leurs propres identités. Et dans un monde où la technologie numérique règne en maître, nous adapter aux nouvelles exigences numériques devient une nécessité… presque une obligation! Mettre à jour nos pratiques grâce aux quiz et jeux numériques, à la robotique, aux montages vidéos ou de musique, osciller entre les acquis du passé et les grandes ouvertures du présent afin d’envoûter les esprits de nos jeunes, trop absorbés par un monde de Java, de Python, de Tik Tok et de SnapChat.

Être un passeur culturel, c’est être conscient que le monde, la culture et la langue ne sont pas immuables, mais très dynamiques et en perpétuelle évolution. Les écoles franco-ontariennes accueillent de plus en plus d’élèves aux bagages linguistiques et culturels très contrastés. Au défi de conserver une histoire et une identité franco-ontarienne bien propres, s’ajoutent des paramètres plus complexes, qui poussent les passeurs culturels à s’approprier de nouveaux référents, liés à l’immigration et à la diversité croissante de la population. Appartenir à la communauté Franco-ontarienne ne suffit plus; désormais en Ontario, nous appartenons à une francophonie moderne, qui combine l’identité ancestrale et les identités francophones venues d’ailleurs, rendant ainsi possible le renouveau, la pérennité et l’épanouissement de la culture collective.

Nadia vous recommande :

  • TFO
    La plateforme franco-ontarienne par excellence offre beaucoup de ressources éducatives, des jeux, des vidéos.
  • IDÉLLO
    Site qui offre une panoplie de vidéos et de ressources pédagogiques clés en main.
  • Boukili
    Bibliothèque virtuelle qui offre des livres interactifs pour l'apprentissage facile de la lecture en français.
  • Radio-Canada – Zone jeunesse
    Site permettant aux enfants de regarder des vidéos, de jouer en ligne ou de participer à des concours.
  • Storybooks Canada
    Ressource qui offre des histoires numériques en français à plusieurs niveaux de lecture.
  • Mathadore
    Site qui permet aux enfants de faire des apprentissages en mathématiques en jouant.
  • Heure de code
    Site qui permet aux élèves d’apprendre à coder en s’amusant.
  • Musique aux Draveurs
    Site qui propose une variété de chansons françaises avec des paroles, des vidéoclips et des activités pédagogiques.
  • Lumni – Enseignements artistiques
    Site qui propose une variété de contenus artistiques multimédia pour enfants.
  • Force 4
    Programme offrant des idées pour faire bouger les jeunes au moins une heure par jour.
  • Cubes énergie
    Des capsules vidéo permettant aux enfants de faire des cubes d’énergie (15 minutes d’activité physique = 1 cube énergie.)
  • Les explorateurs
    Site associé à la revue Les explorateurs proposant des articles, des expériences et des jeux pour les jeunes.
  • Visites virtuelles
    Site permettant de visiter virtuellement des musées canadiens.

Nadia Haddad | Spécialiste en contenu pédagogique

Passionnée par les langues et la littérature, Nadia Haddad est polyglotte. Elle maîtrise parfaitement cinq langues. Baignée dans la langue de Molière depuis sa plus tendre enfance, elle a choisi d’en faire une spécialité. Disposant d’une Maîtrise en Lettres Modernes et de Français Langue Étrangère qu’elle a obtenue à l’université de Provence en France, elle a enseigné le Français Langue Seconde à des apprenants adultes pendant plus de cinq ans. Elle a ensuite décroché un Baccalauréat en enseignement à l’université d’Ottawa, qui lui a permis de se tourner vers l’enseignement au secondaire et au primaire dans les écoles de langue française et d’immersion en contexte minoritaire, en Ontario. Spécialiste en contenu pédagogique pour TFO, elle croit que l’enseignement passe avant tout par l’amour et la passion, qu’il s’engage à travers la créativité et les arts, et qu’il se fixe au moyen de la confiance qu’elle essaie de transmettre au quotidien à ses élèves. 

 

AUTRES Articles DE LA THÉMATIQUE

Passeuse de culture au Yukon

Faire rayonner la culture francophone à la maison!

Vivre des partages authentiques et culturels en classe

La culture dans l’œil de sa caméra

Nouveautés sur IDÉLLO – mars 2022

Des ressources IDÉLLO pour découvrir les cultures francophones

Franco-Midi : Une pause du midi en francophonie!

Et si c’était ça aussi notre culture?