Nourrir l’imaginaire à partir du réel

Par Éric Péladeau

La créativité est-elle innée? Plusieurs le croient à tort. Je suis d’avis qu’elle se développe au fil du temps. La notion de réflexion est la source même pour nourrir l’imaginaire. La créativité n’est pas uniquement importante à une démarche artistique, elle s’impose dans la vie de tous les jours pour générer des solutions aux péripéties du quotidien.

Certes, comme la majorité a la capacité d’apprendre à monter à bicyclette, ce ne sont que certaines personnes qui vont réussir des manœuvres acrobatiques spectaculaires. Toutefois, l’un n’enlève pas à l’autre sa faculté de pédaler.

Chacun possède sa source même s’il ne la voit pas

Au cours de ma carrière, j’ai visité plusieurs écoles et j’ai eu l’occasion de rencontrer des milliers de jeunes de tous âges. J’ai souvent été confronté à des individus qui se disaient incapables d’imaginer, d’inventer et de créer. Cela provient généralement d’une peur d’exceller et d’un manque de confiance en soi, non par une absence d’habileté.

Devant un travail ou un devoir de composition, c’est peut-être le souci de performance qui bloque l’élève. Car en vérité, la créativité est à l’œuvre tous les jours chez l’enfant. Elle est appelée lorsqu’il joue et s’invente une aventure avec ses jouets, lorsqu’un frisbee devient un volant de voiture ou qu’une cuillère de bois se transforme en baguette magique. Comment exploiter et transposer cette source intarissable d’imagination dans un contexte scolaire?

Je ne vais pas prétendre connaître la clé ni la vérité infuse qui permettra aux élèves de libérer leur esprit créatif. Je ne suis pas pédagogue ni spécialiste en psychoéducation. Ce que je suis, c’est un professionnel de l’imagination. À ce jour, j’ai publié plus d’une vingtaine de romans, de contes et de bandes dessinées, j’en ai illustré plus d’une centaine d’autres, j’ai collaboré à plusieurs périodiques jeunesse, j’ai produit plusieurs séquences de dessin animé, j’ai conçu de multiples jeux interactifs et j’ai même fait un peu d’humour sur scène.

Dans le domaine de la créativité… je crois que je m’en sors bien.

D’où viennent les idées?

On me pose souvent la question : « Où trouves-tu toutes tes idées ? »

Il ne faut pas se leurrer, c’est vrai que certains sont plus sensibles à la créativité, mais la capacité d’imaginer n’est pas inaccessible. Les idées ne naissent pas de notre tête, elles y sont semées et proviennent d’abord et avant tout du monde extérieur.

Tout peut donner lieu à une idée. C’est une chose qu’on a vue, lue, entendue, touchée, sentie ou vécue. Un écrivain va d’abord composer sur ce qu’il connaît, il va suivre ses repères, partir de sujets familiers. C’est à partir de la réalité qu’on arrive à tricoter l’imaginaire. Pour ceux qui seraient moins sensibles à leur environnement, il devient alors important de provoquer l’inspiration.

Si je réussis à pondre de nouvelles œuvres, année après année, c’est que j’exerce mon muscle créatif depuis l’enfance, non parce que je suis doté d’une douance particulière. Loin de là. L’imaginaire ne se limite pas à l’art, celui-ci donne au cerveau un outil essentiel à la recherche de solutions pour tous les obstacles et défis rencontrés dans la vie.

L’horreur du syndrome de la page planche

Dans l’enfance, l’imaginaire est constamment sommé dans les périodes de jeu. Avec un ami, avec un jouet, dans un sport, l’enfant s’invente des scénarios qui vont le divertir et le faire rêver.

Pourquoi donc tant d’élèves ont-ils de la difficulté à se servir de cet imaginaire lorsque vient le temps d’écrire ou dessiner pour un travail scolaire? Est-ce le côté académique ou balisé de l’exercice? Ou encore la peur de sortir des sentiers battus? L’angoisse devant une page blanche qui nous offre tant de possibilités, trop même, que celle-ci se transforme en mur infranchissable.

Pour être capable de l’apprivoiser, il faut s’imposer un départ, un début. Comment? Il existe plusieurs trucs et astuces qui peuvent aider à stimuler l’esprit créatif des jeunes et des adultes aussi.

Trucs pour trouver des idées

Un mot imposé : Par la sélection d’un mot au hasard, on implante automatiquement un germe d’idée dans la tête du récepteur. Que connais-tu de ce mot? À quoi te fait-il penser? À l’aide d’une tempête d’idées, le voici avec plusieurs petits mots et sujets autour du mot imposé.

Puis, on se questionne pour pousser la réflexion. Sans jamais répéter la même réponse, il faut inscrire deux énoncés par question. Le but n’est pas d’écrire la vérité, mais de songer à des possibilités multiples.

En général, les deux premières questions sont plus faciles. À partir de l’énoncé cinq, le participant doit creuser ses méninges et sortir de ses idées de base.

Une fois l’exercice complété, on se retrouve avec huit énoncés et une tempête d’idées sur notre sujet du début. Un coffre à outil idéal pour composer un texte original.

tableau

Une image vaut mille mots : Un stimulus visuel peut également soutenir l’enfant à réfléchir et développer une idée. À partir d’une image, on demande au récepteur de songer à l’histoire qui pourrait accompagner cette image.

Qu’en est-il du dessin?

Tout comme pour l’écriture, il est aussi possible, par le biais d’exercices, de provoquer l’imaginaire avec le dessin.

Une forme, une lettre, un chiffre : En imposant l’un de ces éléments, l’élève a déjà un début et doit trouver dans ces premiers traits une façon de le continuer pour se retrouver avec une création nouvelle.

002

La bédé pour pratiquer deux sphères de la création

Enfant, je n’aimais pas beaucoup lire. C’est avec la bande dessinée que je suis devenu un passionné des histoires. La combinaison du texte et des images offre un niveau de lecture qui va au-delà d’une composition divertissante. Le lecteur doit tisser des liens entre les mots et les illustrations. Les mots ont divers rôles de communication (narrations, dialogues, bruitage…) et l’inconscient de notre cerveau doit remplir le vide temporel d’une case à l’autre pour comprendre les transitions.

Cet orchestre symphonique de symboles est un outil intéressant pour développer l’imaginaire.

La bande dessinée en format strip est une excellente formule de départ. Une séquence de trois à quatre images en une bande dans laquelle la même situation peut être répétée plusieurs fois à l’exception de la fin, tantôt surprenante, logique, loufoque, etc.

Vous pouvez proposer deux cases déjà existantes et demander de trouver une conclusion. À partir d’un mot imposé en suivant les exercices d’écritures suggérés plus haut, il est aussi possible de pousser le travail plus loin et d’offrir à l’élève l’occasion de créer une bande complète.

Il n’y a pas de mauvaise réponse

Pour évincer la peur face à la création, il faut comprendre qu’il n’y a pas de mauvaises réponses. À la question « Pourquoi les carottes me font peur? », une étudiante avait répliqué : elles me font penser à des méduses. Ça peut paraître étrange, mais pourquoi pas? J’avais dessiné une méduse à base de carotte pour démontrer au reste du groupe que même s’il n’y avait pas songé, cette possibilité a sa raison d’exister grâce à l’imaginaire.

001

Somme toute, la créativité, il faut l’apprivoiser et la maintenir. C’est un atout qu’il faut accroître puisqu’il nous servira quotidiennement à trouver plusieurs solutions devant de petits et grands problèmes. Plus on y arrive, plus nous aurons confiance en nous.

Il ne faut pas se comparer à la virtuosité des Da Vinci et Molière de ce monde, il faut simplement reconnaître que si nous montons à vélo, nous avons tous la capacité de pédaler.

IDÉLLO vous suggère aussi :

MaXi : une série, une application et des fiches d’accompagnementDans la série MaXi, les personnages ont des habitudes de vie semblables aux nôtres, mais des éléments tels que leurs moyens de transport, la robotique ou la musique sont vécus tout autrement. Nous devons donc faire preuve d’imagination pour nous ouvrir à ce monde. L’application MaXi - Créateur de BD nous permet également de créer nos propres histoires!

Découvrez la série MaXi et ses ressources complémentaires sur IDÉLLO

2 épisode de la série Vraiment top
La série Vraiment top! nous propose deux épisodes pour nous inspirer à créer nos propres bande dessinées.

Découvrez l’épisode Top 5 des étapes de création d’une bande dessinée sur IDÉLLO

Éric Péladeau
Écrivain, illustrateur et bédéiste
Éric Péladeau possède une formation collégiale en graphisme et dessin animé en plus de détenir un baccalauréat en art et design avec une concentration en bande dessinée. Il devient officiellement auteur en 2007 et, depuis ce jour, il compte plus d’une centaine d’ouvrages dans sa bibliographie au titre d’écrivain ou d’illustrateur. Ses livres l’ont amené à visiter plusieurs milliers de jeunes de tous les âges au fil du temps partout au Québec et en Ontario.

AUTRES Articles DE LA THÉMATIQUE

Tout est possible avec l’Expo idéale!

La créativité, clef du développement de l’enfant

Se connecter à sa propre créativité pour soutenir les apprentissages de son enfant

Design thinking : 5 étapes faciles vers la créativité et l’innovation

Entraîner sa créativité à partir de ressources IDÉLLO!

Étudier un roman… autrement!

« Débloquer » la créativité à la maison comme à l’école avec ces 4 défis créatifs STIAM faciles à réaliser

Des ressources IDÉLLO qui encouragent la créativité et l’innovation comme moteur d’apprentissage