Réussite scolaire et réussite éducative

Par Sylvie-Marie Coulet

damircudic / E+ via Getty Images.jpg

Par-delà le concept de réussite scolaire

Lorsque je donne des conférences sur l’organisation du travail, je pose toujours la même question à mes apprenants : Qui a suivi un cours durant ses études axé sur la gestion du temps et l’organisation des tâches?

En plus de vingt ans de carrière, j’ai eu deux fois une réponse positive.

Je note généralement un silence dans la salle, suivi de ce genre de commentaires :

  • « J’aurais apprécié qu’on aborde cette question, cela m’aurait bien aidé pour ce qui s’en venait! »
  • « Si j’avais eu un cours de ce genre, je me serais senti bien plus en confiance quand j’ai débuté ma carrière! »
  • « J’étais une étudiante facilement débordée et pas très disciplinée. Un cours de ce type m’aurait aidée à calmer mon anxiété. »

Peut-être que ce type de cours existe et que mes apprenants ont la mémoire courte! Peut-être pas.

La remarque qui m’a le plus interpellée a été la suivante : « J’ai reçu un excellent enseignement sur le savoir-faire, mais rien sur le savoir-être ». 

De fait, nous pouvons être fiers de l’éducation que nous donnons à nos enfants, mais est-elle suffisante pour favoriser leur épanouissement en tant que personnes, ou pour aider le personnel enseignant à définir adéquatement leur profil d’élèves?

Y aurait-il autre chose que le cadre purement académique, et donc par-delà l’horizon de la réussite scolaire?

Des normes et des notes

Pendant longtemps, on a souvent associé la réussite des élèves avec la notion de performance scolaire mesurée par l’obtention de récompenses (bonnes notes, diplômes) lorsque les objectifs d’apprentissage sont atteints.

Ils apprennent des concepts et prouvent qu’ils les ont compris grâce aux évaluations basées sur des attentes correspondant généralement à des normes.

Sauf que… tout le monde ne se situe pas dans les normes.

Certains enfants ont des besoins particuliers. Tous ont un vécu unique, tout comme leur personnalité, venant impacter leur propension à « coller » aux normes.

Emma témoigne un certain désintérêt pour l’enseignement en classe et fait preuve de multiples talents dans d’autres domaines. Quelques années plus tard, elle trouve sa voie et devient l’une des étudiantes les plus motivées de sa cohorte.

Diego est d’origine colombienne. Nouvellement arrivé au Canada, il a de la difficulté à obtenir de bonnes notes à cause de la barrière linguistique. Il est fort à parier que tout changera quand il aura progressé dans son apprentissage du français. En attendant, il se sent plutôt démotivé.

Sean vit dans un contexte familial plutôt difficile influençant ses résultats scolaires : est-il moins capable qu’avant pour autant? Comment l’aider s’il ne parle pas de ses problèmes et que la communication entre personnel enseignant et parents ne fonctionne pas très bien?

Bien des enfants ne fonctionnent pas nécessairement bien dans un contexte normatif, non pas parce qu’ils ne sont pas capables, mais parce que les normes ne sont pas adaptées à leurs besoins ni à leur réalité. Si leur performance scolaire ne se situe pas dans la norme, ils ne reçoivent pas la reconnaissance attendue, ce qui crée des frustrations. Le plaisir n’est pas au rendez-vous, ils se sentent découragés.

Dans ce cas, ils développent une mentalité fixe dans laquelle les résultats comptent bien plus que les efforts fournis. L’échec devient un indicateur de leurs (in)compétences : « Si je réussis mon test, je suis capable. Si je le rate, je suis incapable. J’ai envie d’abandonner ».

Leur rapport à l’apprentissage se modifie et devient réducteur, car uniquement centré sur la réussite scolaire.

Voir plus grand

Les mentalités ont changé. La pédagogie intègre désormais la réussite scolaire dans un projet plus global : la réussite éducative.

On en parle partout dans le monde. Des théories voient le jour, amorçant un nouveau virage pédagogique. Par exemple, on a développé aux États-Unis le concept de « l’éducation prosociale »1, visant à « former des citoyens responsables, productifs et éthiques ». 

En Ontario, on parle « d’acquérir les compétences et les connaissances qui les aideront [les élèves] à devenir des citoyens épanouis dans leur vie personnelle, productifs sur le plan économique et engagés dans leur communauté ».2

Qu’est-ce que la réussite éducative?

« La réussite éducative englobe l’intégration de savoirs académiques, l’acquisition d’attitudes et de valeurs utiles au fonctionnement en société, le développement des compétences nécessaires à l’insertion professionnelle et la réussite d’objectifs personnels ».3

Elle ne s’oppose donc pas à la réussite scolaire : elle en fait partie.

Cette approche favorise l’inclusion de tous les élèves, car elle prend en compte l’ensemble des caractéristiques des individus, que ce soit dans le domaine scolaire ou privé :

Image inspirée des ressources en références

Cela soulève une question : Comment définir les bons élèves autrement que par la réussite scolaire?

Les bons élèves sont des enfants motivés (et heureux!) se plaçant au centre d’une dynamique collaborative et inclusive impliquant leurs parents, le personnel enseignant, et éventuellement, les ressources externes, afin de :

  • Définir un portrait réaliste et en 360 de chaque élève;
  • Identifier les forces et les faiblesses de chacun dans une perspective inclusive;
  • Favoriser le désir d’apprendre et le plaisir d’être en classe;
  • Identifier des stratégies d’apprentissage adaptées (p. ex. : faire appel à la différenciation pédagogique);
  • Se concerter pour participer efficacement au continuum d’apprentissage, en s’appuyant sur la complémentarité des actions;
  • Accompagner les élèves dans leur apprentissage pour l’atteinte de leurs objectifs scolaires et personnels;
  • Favoriser le développement de diverses habiletés personnelles et sociales encourageant l’épanouissement;
  • Aider les élèves à développer leur plein potentiel;
  • Renforcer la confiance en soi et l’estime de soi;
  • Donner un sens aux études en faisant le lien entre les aspirations des élèves et leur concrétisation dans le futur;
  • Éviter l’échec scolaire et les décrochages.

Vous l’avez compris, la réussite éducative passe par l’abandon de la mentalité fixe (uniquement axée sur la réussite scolaire) et sur la volonté de développer une mentalité de croissance axée sur l’effort plus que sur les résultats.

Elle fait appel à la création de partenariats efficients entre les parents, le personnel enseignant et les ressources externes (p. ex. : psychologues, orthopédagogues, etc.).

Elle repose également sur une approche « écosystémique »4 ayant pour objectif une étude globale des élèves, incluant l’adaptation de pratiques d’apprentissage favorisant la persévérance scolaire et une gestion proactive et concertée de la variabilité des profils.

Références

1Institut français de l’éducation – Réussite éducative, réussite scolaire? – Février 2014

2Atteindre l’excellence – Une vision renouvelée de l’éducation de l’Ontario – Avril 2014

3Jean-Jacques Demba & Thérèse Laferrière – CRIRES – Université de Laval, Québec 

4Institut français de l’éducation – Réussite éducative, réussite scolaire? – Février 2014

Sources

Table régionale de l’éducation Centre-du-Québec – Octobre 2020
Jean-Jacques Demba & Thérèse Laferrière – CRIRES – Université de Laval, Québec
Institut français de l’éducation – Réussite éducative, réussite scolaire? – Février 2014

Sylvie-Marie Coulet | Conceptrice pédagogique et auteure

Passionnée par l'univers des enfants et la pédagogie, diplômée en Psychologie, j'ai à cœur de rédiger des activités éducatives en intégrant une dimension valorisant l'apprentissage socio-émotionnel. On dit qu'il faut un village pour élever un enfant, alors je suis heureuse de participer à cet engagement collectif en donnant vie à des histoires amusantes et inspirantes, en créant des cours en ligne pour les élèves, et en outillant le personnel enseignant et les parents à travers diverses productions écrites et conférences sur la thématique du bien-être des enfants.

AUTRES Articles DE LA THÉMATIQUE

L’évaluation — À revoir!

Nouveautés sur IDÉLLO – novembre 2021

L’inukshuk : pour mettre l’élève au centre de son apprentissage!

On n’enseigne pas pour faire des bulletins

Évaluer autrement par la triangulation

Une panoplie d’ateliers et de ressources offertes par Science Nord pour les enseignants

Boukili : une application de lecture gratuite et ludique qui donne le goût de la lecture aux enfants et aux élèves

L’évaluation des apprentissages informels en contexte muséal

L’évaluation… pas du tout comme avant!

Les webinaires IDÉLLO – novembre 2021